A la une


Calendrier des soirées en Rhône Alpes : Mai et Juin 2018

  L'ACF RA est heureuse d'accueillir Jacques Borie, membre de l'ECF, la NLS et l'AMP, pour une conférence dans l'après coup du congrès de Barcelone sur "les psychoses ordinaire et les autres sous transfert". Elle se déroulera le samedi 5 mai à Annecy, salle Yvette Martinet, 15 avenue des Iles. Elle commencera à 14H30 et sera payante (5 euro) pour les non-membres

 

 

 

 

 

   Le film "Un jour ça ira" de Stan et Edouard Zambo sera projeté et discuté par Marie-Cécile Marty, Psychanalyste, membre de l' ACF RA le mardi 15 mai à 20h30 au cinéma la Turbine à Cran Gevrier.

 

 

 

 

 

 

  A partir du livre de Zorah Viala, " de la famille à la tribu",  et en présence de l'auteur, Henri Jacquin et Nicole Tréglia, membres de l'ACF Rhône Alpes, animeront une soirée le mardi 29 mai 2018 à la maison des association de Grenoble à partir de 21H00.

 

 

 

 

 

   Une soirée Inter Cartel aura lieu le  jeudi 7 juin 2018 à la maison des association de Grenoble, à partir de 21H , autour du thème : la suprise peut elle orienter le travail ?  Elle sera animée par Sandy Barritault, membre de l'ACF RA avec les intervention de Sophie Cachard, Anne Laure Pellat et Amélie Vindret




Echos de la soirée du groupe Epitomée à Grenoble

Dans le groupe grenoblois Épitomé, nous nous sommes penchés sur le texte de Freud Pourquoi la guerre ?  et l’un d’entre nous, Laurent Dartigues, chargé de recherche au CNRS, est venu nous éclairer de sa lecture.

L’angle qu’il a choisi pour en parler m’a particulièrement intéressée : Laurent est parti d’une controverse récente (début des années 90) entre historiens qui porte sur la question de « Comment devient-on un bourreau ? ». L’objet de leur recherche : l’assassinat de masse des juifs durant la seconde guerre mondiale. Deux ouvrages ici s’opposent, celui de Browning (1) dont l’étude cherche à démontrer que le génocide allemand est perpétré par des « hommes ordinaires » et celui de Goldhagen (2) qui met en avant l’intention de tuer soutenue par l’idéologie nazie dans la logique génocidaire de cette époque. Le développement de Laurent, lors de cette soirée, nous permit de suivre cette controverse, assez complexe, de prêt et l’analyse fine qu’il en propose l’amena à cette conclusion : l’historien, qu’il se tienne sur un bord ou sur un autre de cette controverse, produit des explications qui viennent « boucher » le pourquoi de la violence des hommes en guerre plutôt que d’éclairer cette question. Un « je ne veux rien en savoir » semble à l’œuvre dans chacune de ces recherches aux prises avec un impensable que l’historien ne se risque pas à nommer.

 

 


Lire la suite ...




   

Retrouvez toutes nos informations sur les réseaux sociaux :

sur Facebook  

sur Twitter : @ACFrhonealpes