A la une


Calendrier soirées en Rhône Alpes : Juin 2017

Dans la perspective des journées PIPOL 8 organisées à Bruxelles les
1er et 2 juillet 2017 sur le thème « La clinique hors les normes »,
l’ACF RA vous propose une matinée de travail avec des cliniciens qui
travaillent en psychiatrie dans des ateliers thérapeutiques et en
partenariat avec d’autres institutions.

Nous entendrons et converserons avec nos collègues invités
(infirmiers, ergothérapeutes et psychologues pour certains de
Marseille) à partir de la question suivante : Comment orienter les
pratiques cliniques aujourd’hui en gardant le vif de la créativité et de la contingence ?

 

 

  Des cartélisants au travail à Valence, le 6 juin à 21H à la maison des Sociétés

En présence de Véronique Herlant, psychanalyste, membre de l'Ecole de la Cause Freudienne




Journées de l'ECF : Apprendre : désir ou dressage

Et c'est parti pour les Journées 47 qui se dérouleront à Paris, le 25 et 26 novembre 2017 au palais des congrès, Porte Maillot.

La bande annonce est sorti ! Le ton est donné 

Apprendre : désir ou dressage





   

Retrouvez toutes nos informations sur les réseaux sociaux :

sur Facebook  

sur Twitter : @ACFrhonealpes

   

 

   



Cette semaine , l'ACF RA vous recommande la lecture de cet article

Actualité de l’évaluation de la prise en charge des enfants autistes.

Par Jean-Claude Maleval et Michel Grollier.

Résumé Comment expliquer le taux étonnamment faible d’inclusion scolaire constaté dans les 28 structures expérimentales françaises pratiquant la méthode ABA avec des enfants autistes ? Plusieurs facteurs semblent pouvoir être invoqués  parmi lesquels il faut souligner : les caractéristiques de l’échantillon, l’indépendance des évaluateurs à l’égard des équipes, la privation du recours aux punitions, et la spécificité de l’indicateur. Les études convergent pour considérer que l’efficience de l’ABA porte essentiellement sur la cognition, le langage et la diminution des comportements problèmes. Avec cependant une restriction majeure : ces résultats ne sont obtenus que sur 45 à 50% des enfants autistes. L’inclusion scolaire est un résultat plus difficile à produire : les enfants qui y parviennent ne constituent qu’une petite partie de ces derniers. Les plus récentes expertises de la méthode ABA établissent que son efficience est confirmée, mais que celle-ci reste modeste sur la cognition, et faible sur la sévérité de l’autisme. Elle reste recommandée par les autorités sanitaires faute de mieux : aucune autre méthode ne pouvant faire valoir de meilleurs résultats quand ceux-ci sont évalués par l’Evidence-Based-Medicine. Cependant des témoignages spontanés d’Affinity Therapy se multiplient. Le concept est introduit en 2012 par Ron Suskind. L’audience médiatique de celui-ci rend aujourd’hui plus difficile de le méconnaître. Des études sur le bénéfice d’utiliser les intérêts restreints des autistes dans la pratique clinique commencent à paraître dans la littérature scientifique. Certaines établissent qu’une utilisation intrinsèque de celui-ci, c’est-à-dire comme source de la motivation aux apprentissages, comme s’emploie à le faire l’Affinity Therapy, est plus performante que l’utilisation extrinsèque de l’intérêt restreint, celle qui le limite à une récompense, pratique au cœur de la méthode ABA.

Jean-Claude Maleval est professeur émérite de psychologie clinique, psychanalyste, membre de l’Ecole de la Cause freudienne, EA 4050, Université Rennes 2, place du recteur Henri Le Moal. CS 24307. – 35043 Rennes Cedex.
 Michel Grollier est professeur de psychologie clinique, psychanalyste, membre de l’Ecole de la Cause freudienne. EA 4050. Université Rennes 2. Place du recteur Henri Le Moal. CS 24307. – 35043 Rennes Cedex.


Lire la suite ...



Echos du Ciné-Débat à Annecy: Orpheline d'Arnaud Des Pallières

Par Sonia Vachon

Le 4 mai, l’ACF Rhône-Alpes (Annecy) a organisé une soirée débat, cinéma et psychanalyse, autour du film d’Arnaud Des Pallières : « Orpheline » et animée par Béatriz Premazzi, psychanalyste, membre de l’Asreep-NLS. Cette soirée s’inscrit dans le thème des journées de la New Lacanian School : Autour de l’inconscient.

Orpheline … comment parler de ce film ? Dès les premières images, nous sommes saisis par le parti pris d’Arnaud Des Pallières de filmer les corps, les visages au plus près, sans voile, à l’état brut. Le spectateur est capté par la force et la violence du langage des corps mis en lumière.

Orpheline pose le parcours d’une femme, interprétée par quatre comédiennes, soulignant la métamorphose du personnage. Au gré des époques, la protagoniste change de prénoms : « Kiki » pour l’enfant, « Karine » pour l’adolescente, « Sandra » pour la jeune adulte, « Renée » pour la femme trentenaire.  Un drame marque l’enfant qu’elle a été : la mort de deux camarades lors d’une partie de cache-cache. Ce « traumatisme » de la perte, elle en portera la marque, silencieuse. Puis survient, la disparition de sa mère, qui part et abandonne sa fille. La musique y est quasiment absente, accentuant ainsi la brutalité du film, le poids des corps.

L’histoire s’organise comme un compte à rebours, le spectateur est dans un premier temps perdu, il doit reconstruire le parcours du personnage.

Béatriz Premazzi soulignera, dès le début que le personnage de ce film très charnel, est « une fille perdue ». Elle se présente comme une « orpheline » des mots, qui ne pourra trouver un Autre qui accueille sa parole. L’analyste relève qu’elle répète ce qu’on ne lui a pas donné. Une absence de paroles, un agir permanent : la fugue, le passage à l’acte, la fuite se répètent et  rythmeront le parcours du personnage.


Lire la suite ...



avoir un corps/être déporté

Proposé par Edwige Shaki : 

«  l’histoire n’étant rien de plus qu’une fuite, dont ne se racontent que des exodes. (…). Ne participent à l’histoire que les déportés : puisque l’homme a un corps, c’est par le corps qu’on l’a. Envers de l’habeas corpus. Relisez l’histoire : c’est tout ce qui s’y lit de vrai. Ceux qui croient faire cause dans son remue-ménage sont eux aussi des déplacés sans doute d’un exil qu’ils ont délibéré, mais de s’en faire escabeau les aveugles. »
Lacan J., Autres Écrits, « Joyce le Symptôme », Paris, Le Seuil, 2001, p. 568.
Illustration : Le groupe des déportés, sculpture Nat Neujan, http://www.natneujean.be