La langue et le symptôme

  • conférence Eric Zuliani Grenoble
    conférence Eric Zuliani Grenoble
  • Conférence
     
    « Je n’avais d’enseigner vraiment aucun besoin ». Quel propos étonnant ! Qu’est-ce qui pousse Lacan, en 1975, à cette affirmation, qui n’est pas d’évidence ? N’enseigne-t-il pas, à ce moment-là, depuis plus de 20 ans ? Non, pas un besoin, dit-il. Mais réponse à une attente, une demande, une exigence : que la psychanalyse ne « s’engloutisse pas dans le trou ». C’est ce qui arrive quand on veut le boucher, avec de la pensée, de l’être, du savoir : ça glougloute. Comme le bruit de la chasse d’eau ! Dans la Conférence sur le symptôme, Lacan met en fonction le trou tout autrement. Parce que celui-ci gîte dans la série, il donne son sérieux à l’enseignement, pour peu que celui qui s’y risque se fasse analysant : il n’y a jamais transmission qu’à partir de lui. Se faire analysant, partir de la pratique, comme Lacan l’y invite dans l’introduction de cette belle conférence de Genève sur le symptôme, c’est dés-lors donner sa chance au symptôme : non plus anomalie, mais index de la parole et de ses effets. 
    Dans le cadre de la série initiée en 2018, « Lire Lacan », l’ACF-RA propose une conférence dédiée à la lecture de la Conférence de Genève sur le symptôme, par Eric Zuliani, le 30 mars 2019, à Grenoble. Cette conférence sera le point de conclusion de notre série, elle a pour titre « La langue et le symptôme ». i
     
     
     
                                                                 i Jacques Lacan, Conférence à Genève sur le symptôme, texte établi par Jacques-Alain Miller, La Cause du désir N° 95, page 7 à 22, Navarin Editeur, 2017.