Soirée des cartels : RÉVEILS !

  • Soirée des cartels : RÉVEILS !
    Soirée des cartels : RÉVEILS !
  • Soirée des cartels, le 1er octobre 2020, 21h, au cpct.

     

    Animée par Jocelyne Huguet-Manoukian, responsable des cartels en Rhône-AlpesInterventions de Nicole Borie, membre de l’ECF, et de Jérôme Lecaux, membre de l’ECF

     

    Mesures de distanciation sociales, port du masque.

    Prudent de réserver : huguetmanoukian.jocelyne@wanadoo.fr

  • REVEILS !

     

    Jocelyne Huguet Manoukian

     

    Il y a tant de façons de se réveiller ! Après un sommeil léger ou profond, le réveil vient d’un bruit, d’une sonnette, du contenu d’un rêve, d’une lumière, d’une habitude… L’instant du réveil, plus ou moins agréable ou pénible, porte avec lui une imminence : joie, lourdeur, tristesse, angoisse, élan, douleur..traces de l’affect noué au désir dissimulé dans nosrêves et qui oriente notre vie. Ainsi le réveil peut s’intégrerdans le ronron de la vie quotidienne ou tout perturber. Il devient alors surprise, rencontre inattendueévénement, écho d’un mot ou d’un dire qui brusquement nous déloge. Quand sommes-nous vraiment réveillés ? Qu’est- ce qu’un réveil chez le parlêtre Quels sont les rapports entre rêve et réveil ? 

    En posant la question qu’est -ce qu’un rêve, Freud a trouvé une réponse inédite. Le rêve a la forme d’un texte ! c’est le récit qu’en fait le rêveur. Et ce récit est à entendre là où çabute, dans ce que le rêveur nomme ses approximations, ses trous de mémoire, ses flous, ses incompréhensions, ses bizarreries… Autant de façons de se protéger ou de se rapprocher de l’horreur qui préside au désir d’être du rêve.Relisant Freud, Lacan souligne « un rêve ça n’introduit à aucune expérience insondable, à aucune mystique, ça se lit dans ce qui se dit »1 Puis, avec un pas de plus, il indique qu’on passe son temps à rêver et pas seulement dans le sommeil2Alors le réveil, comment l’approcher si on passe son temps à rêver ? Si l’on part de l’expérience du rêvele réveil révèlel’instantané d’un brin de nouveautéDe même, dans les cartels, nous avons l’habitude de dire qu’il y a des réveils qui ont la fulgurance de l’éclair, un peu comme dans les rêves. Ce sont le plus souvent des petites choses, un détail, un étonnement, un changement de regard, une autre façon de lirequi bouscule un cartellisant… Dans le meilleur des cas, le cartel met en tension notre rapport au savoir comme notre façon de dire et de lire. Il nous extirpe d’un savoir académiquesusceptible de faire bouchon à ce qui cause le désir et oriente le discours analytique. Ce dernier, issu de la découverte freudienne de l’hypothèse de l’inconscient, déduite du texte des rêves, est toujours dérangeant. partir du caractère problématique du réveil dans ses rapports avec l’irruption de la jouissance de l’inconscient réel, deux intervenants en appui sur leurs travaux de cartels viendront interroger ce termeNicole Borie questionnera le réveil dans sa proximité avec le rêve et Jérôme Lecaux nous fera la primeur d’un extrait du texte qu’il a préparé pour le XXIIème congrés de l’Association Mondiale de Psychanalyse : le rêve, son interprétation, et son usage dans la cure lacanienne.

    Entretemps, ce congrès qui aurait dû se tenir du 14 au 18 décembre 2020 à Buenos Aires, a été annulé du fait de la situation sanitaire. Mais les travaux demeurent comme autant de moments choisis, dont nous allons pouvoir bénéficier.

    Pour cette soirée rentrée des cartels qui nous invitent à quelques instants de réveils, nous prendrons le temps de l’échange et de la bourse aux cartels.

     

    [1] Lacan J. Le séminaire livre XX, Encore, texte établi par J.A. Miller, Paris, Seuil, 1975, p 88

    [2] Lacan. J. Une pratique de bavardage, Ornicar ?, n°19, 1979, p 5